Ungersheim à l’écran, l’écologie en avant !

Voilà maintenant un an que le film Qu’est-ce qu’on attend ? est sorti. Ce reportage, mettant à l’honneur la ville d’Ungersheim dans ses démarches écologiques, n’en est pas moins d’actualité. Son écho et le souffle écologique qu’il émet restent nécessaires. En effet, ce film est d’autant plus d’actualité après la publication, lundi 13 novembre dernier, d’un rapport signé par plus de 15 000 scientifiques dans la revue Bio Science, au nom on ne peut plus évocateur « Avertissement à l’humanité ». La réalisatrice, Marie-Monique Robin, avait déjà su alerter le public sur des sujets environnementaux et sociétaux avec le Monde selon Monsanto (2008) et Sacrée croissance ! (2013).

Panneaux solaires sur la Maison de la Nature du Vieux Canal, lieu ou sera diffusé le film / Ariena, Céline Langlais

Alsacien.ne.s vous avez de la chance ! Non seulement vous habitez près d’Ungersheim, une ville saluée dans son exemplarité écologique. Mais en plus, pour le vendredi 8 décembre 2017, la Maison de la Nature du Vieux Canal vous invite au visionnage de Qu’est-ce qu’on attend ?, dans ses locaux de 20h à minuit. Vous pourrez regarder ce reportage et ensuite participer à un débat animé par le maire de la petite ville verte, Jean-Claude Mensch, initiateur de la transition écologique Ungersheimoise depuis 1989.

Faites vos réservations et renseignez-vous au 09 64 25 55 54 ou à cette adresse mail : maisonnature@vieuxcanal.eu.

Le rapport scientifique évoqué se trouve ici, en anglais « World Scientists’ Warning to Humanity : A Second Notice » ou traduit en français dans un fichier à télécharger.

 

 

Le saviez-vous ?

– Avec quelques 2000 habitants, la ville d’Ungersheim est  la seule commune française du réseau mondial « Des villes et villages en transition« . Réseau créé par Rob Hopkins, enseignant britannique en permaculture, afin d’inciter les acteurs d’un territoire à œuvrer pour l’après-pétrole.

– Cette transition Ungersheimoise s’est traduite par l’élaboration d’un programme de « vingt-et-une actions pour le XXIe siècle », qui propose d’atteindre une autonomie intellectuelle, énergétique et alimentaire.

– Les produits phytosanitaires sont bannis des espaces verts, et les produits d’entretien utilisés doivent être certifiés écologiques.

– Les panneaux solaires de la commune fournissent l’équivalent de la consommation électrique de 10.000 personnes par an.

– La ville a mis en place une monnaie locale, le radis, pour soutenir ses producteurs.

– Le premier avertissement scientifique sur l’état de la planète date de 1992, écrit par 1500 scientifiques et s’intitulant déjà « Avertissement des scientifiques du monde à l’humanité« .

– Le rapport « World Scientists’ Warning to Humanity : A Second Notice » préconise la diminution de la consommation carnée, pour limiter les émissions de gaz à effet se serre. Chose que la petite ville alsacienne entreprends déjà en proposant chaque semaine des plats végétariens dans sa cantine scolaire.

Le ramassage scolaire se fait en calèche à Ungersheim / Illustration Ariena / Cyril Leroy / "Charette-Benne Smictom"

 

 

La Maison de la Nature du Vieux Canal

La Maison de la Nature du Vieux Canal, association fondatrice de l’Ariena, en 1977, sous le nom des Jeunes pour la Nature (puis Enjeu Nature, avant le nom actuel), est située à Hirtzfelden dans le Haut-Rhin. Au départ, elle résidait dans une maison éclusière du canal du Rhône au Rhin. Au fil du temps et de l’eau, elle s’est transformée pour s’installer dans une toute nouvelle Maison de la Nature, inaugurée en 2015. Aux abords du canal, la MNVC a notamment un jardin pédagogique et une mare servant de vitrines de la biodiversité local.

 

Cour arrière de la Maison de la Nature du Vieux Canal / Ariena, Céline Langlais

 

L’association a pour objet l’enseignement à la nature, l’éco-citoyenneté, l’euro-citoyenneté, la transmission de valeurs humanistes et la préservation du patrimoine naturel et culturel. Près de la frontière allemande, sur un canal menant à des horizons transfrontaliers, ces objectifs prennent forme. Ainsi la structure forme les futurs citoyens de demain : sensibilisés à la nature (éco-citoyenneté, patrimoine naturel) et à l’Europe (euro-citoyenneté, valeurs humanistes, patrimoine culturel). En leur inculquant le savoir et la connaissance de la nature pour qu’ils la défendent par amour et non par contrainte, les enfants sont les « meilleurs porteurs pour apporter une modification des comportements à leurs parents« , d’après François Sauvageot dans la vidéo ci-dessous. Après ce tour d’horizon virtuel, n’hésitez pas à visiter les lieux et ses expositions. Les quatre salarié.e.s seront vous accueillir !